Accueil > Abus sexuels

Abus sexuels

 Inceste : lorsque les mères ne protègent pas leur enfant

Coordination de l'ouvrage : Patrick Ayoun et Hélène Romano (Dir.)

Co-Auteurs:
Robert Adam, Jacques Argeles, Charlotte Barat-Scherer, Dominique Belin-Nunez, Soraya De Moura Freire, Laurent Ducrocq, Dorothée Dussy, Françosie Eyerart, Adeline Gouttenoire, Annick Guimard, Yvonne Knibiehler, peter Lachman, Martine Lamour, Luce Massardier, Régine Scelles, Marie-Jo Vellutini
Eres, 20013


Entre jeux sexuel et abus sexuel
Romano H.
Revue de Santé Scolaire et Universitaire, 2013, 20 : 9-13

Le lien fraternel à l’épreuve de l’inceste
Romano H.
La psychiatrie de l’enfant, 2012, 55 : 225-245

Clinique et devenir des enfants victimes
Romano H., Thiam H.
Revue de santé scolaire et universitaire, 2012, 14 : 8-12

Les différentes prises en charge des enfants victimes
Romano H.
Revue de santé scolaire et universitaire, 2012, 14 :15 -19

Signalement et information préoccupante
Romano H.
Revue de santé scolaire et universitaire, 2012, 14 : 23

Prise en charge des fratries confrontées à l'inceste
Romano H.
Médecine et Enfance 2011, 55 : 427-429

Numéro consacré à la question de l'inceste et aux différenets modaliéts de prise en charge. Cet article est consacré aux situations concernant les fratries exposées à des situations d'inceste de la part d'un adulte.

Résonance des interactions précoces dans les suspicions d’abus sexuels
Romano H.
Enfance et Psy, Eres, n°37 : 143-150

plan de l'article
• Sexualité infantile et séduction maternelle
• Spécificités cliniques constatées lors de la consultation d’évaluation
• Que privilégier dans notre pratique clinique ?
• L’entretien, son rôle et ses modalités spécifiques
• Conclusion
• Bibliographie

Allégation d’abus sexuels chez les enfants de moins de quatre ans : résonance des interactions mère - enfant et approche clinique
Romano H., Gavelle P.
Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, 2007,55 : 58-65

Résumé
La médiatisation des abus sexuels a renforcé une représentation de l’enfance pure et exempte de toute trace du sexuel. La moindre manifestation de la sexualité infantile se trouve désormais soumise à la dramatisation et à une interprétation quasi-systématique sur le registre de l’abus sexuel. Or, c’est oublier que les interactions précoces et les premiers soins du corps sont les premières expériences de sensualité de l’enfant, et qu’ils peuvent être le berceau d’expériences d’excitation, parfois débordantes, si l’adulte, malmené par ses propres expériences de vie, n’arrive pas à les calmer. Dans ce contexte, les situations portant l’appellation de " suspicions d’abus sexuel " se multiplient et confrontent les professionnels au délicat exercice de l’évaluation, travail d’autant plus sensible que les enfants sont jeunes et que l’allégation est portée par le discours parental. Nous proposons de transmettre un certain nombre de réflexions issues de notre expérience clinique au sein d’un hôpital pédiatrique accueillant fréquemment des enfants présumés victimes d’abus sexuel. À partir des résultats d’une recherche effectuée sur 51 dossiers d’enfants de moins de quatre ans, et d’une analyse de contenu des entretiens et des données issues de ceux-ci [18,19], nous nous intéresserons plus particulièrement à la place des interactions précoces dans ce contexte d’allégation d’abus sexuel et nous envisagerons les éléments essentiels à examiner dans le cadre d’une première consultation d’évaluation. La collaboration entre psychologues de services différents a pu être menée à bien grâce à l’esprit développé par le Collège des psychologues de cet hôpital.
Mots clés : Allégations abus sexuels, Interactions précoces, Sexualité infantile, Séduction maternelle, Entretien, Évaluation

Suspicion d’abus sexuel chez les enfants de moins de quatre ans, à propos des fausses allégations
Romano H.
Le journal des psychologues, 2006, n°238 : 40-44

Résumé
Dans les situations de suspicions d’abus sexuels sur de très jeunes enfants, la difficulté première des professionnels repose sur l’interprétation de la nature des allégations. Quand celles-ci s’avèrent injustifiées, quel processus sous-tend de telles déclarations ? Une conviction délirante d’un parent atteint de troubles psychiatriques ? des traumatismes infantiles non résolus chez les parents ? la méconnaissance de la sexualité infantile ?

> retour page d'accueil