Accueil > ministere affaires etrangeres

Paris demande aux familles adoptantes de ne pas se précipiter en Haïti


Le ministère français des Affaires étrangères a demandé mercredi aux familles françaises adoptant de petits Haïtiens de ne pas se précipiter en Haïti, pour laisser le temps à des pédopsychiatres de préparer le terrain et aux autorités haïtiennes de délivrer des passeports aux enfants.

"Tout en étant parfaitement conscients de l’impatience des familles adoptantes, nous leur déconseillons vivement de se rendre dès maintenant en Haïti", a déclaré le porte-parole du ministère Bernard Valero.

Le porte-parole a expliqué qu’une mission comprenant notamment des pédopsychiatres et psychologues se rendrait en Haïti jeudi pour "rencontrer les enfants concernés dans les crèches qui les accueillent, évaluer leur état physique et psychologique, prendre les mesures adéquates le cas échéant et préparer les enfants à la rencontre avec leurs parents adoptifs".

Par ailleurs, il a indiqué que les autorités haïtiennes avaient informé l’ambassade de France "qu’elles exigeaient désormais que les enfants disposant d’un jugement soient munis d’un passeport avant de quitter le territoire", a-t-il dit.

Les vols commerciaux vers l’aéroport de Port-au-Prince ont repris la semaine dernière et "des familles ont annoncé leur intention de se rendre en Haïti", affirme sur son site le collectif SOS Haïti enfants adoptés.

Jusqu’à présent 371 enfants haïtiens ont été accueillis en France depuis le séisme du 12 janvier. Il reste en Haïti 116 petits, dont les parents français ont un jugement d’adoption homologué. Des familles adoptantes et des ONG ont reproché aux autorités françaises de bloquer leur transfert.

"Il ne s’agit pas de bloquer et encore moins de remettre en question ces adoptions pour lesquels un jugement d’adoption a été rendu. L’enjeu est de préparer au mieux les conditions de la rencontre entre les enfants et les familles", a répondu M. Valero. Il a ajouté que l’ambassade ferait "le maximum pour que la délivrance (des) passeports par les autorités haïtiennes s’effectue dans les meilleurs délais".

Un vif débat oppose associations de parents souhaitant une accélération du processus d’adoption et spécialistes de l’enfance mettant en garde contre des traumatismes supplémentaires.
24 février 2010